Ce qu’il faut savoir sur les lacrymo

HISTORIQUE

 

L’armée française utilise pour la première fois la pratique de « l’enfumade » lors de la colonisation de l’Algérie entre 1830 et 1850 : les généraux français Bugeaud, Cavaignac ou Pélissier font allumer des feux à la sortie des grottes où se réfugient les résistants arabes menés par Abd El Kader pour les y asphyxier. Ce sont plusieurs milliers de personnes qui sont ainsi mortes étouffées par l’armée française dans le massif de Dahra (wilaya de Chlef) en 1844 et 1845.

La doctrine de Bugeaud, reprise dans son ouvrage « De la guerre des rues et des maisons » publié en 1849, fera son chemin. Elle est la première ébauche des doctrines contre-révolutionnaires qui seront développées par les officiers impliqués dans la guerre de décolonisation de l’Algérie un siècle plus tard ( 1).

Les pratiques de guerre expérimentées lors de la colonisation de l’Afrique par les puissances européennes sont alors vivement contestées en métropole. L’Europe elle-même étant en proie à des guerres incessantes et meurtrières, le tsar Nicolas II de Russie amène 27 états à ratifier la Convention internationale de la Paix de la Haye le 29 juillet 1899.

L’article IV de la convention préconise notamment :

1°. l’interdiction de lancer des projectiles et des explosifs du haut de ballons ou par d’autres modes analogues nouveaux;

2°. l’interdiction de l’emploi des projectiles qui ont pour but unique de répandre des gaz asphyxiants ou délétères ;

3°. l’interdiction de l’emploi de balles qui s’épanouissent ou s’aplatissent facilement dans le corps humain, telles que les balles à enveloppe dure dont l’enveloppe ne couvrirait pas entièrement le noyau ou serait pourvue d’incisions.

Pour autant, la Direction de l’artillerie liée au Ministère de la Défense crée en 1905 une commission secrète dans le but de développer des gaz ne tombant pas sous le coup de la convention de La Haye.

Première grenade lacrymogène à l’éther bromacétique

Cette étude aboutit sur l’expérimentation à partir de 1909 de grenades contenant de l’éther bromacétique, connu depuis un demi siècle déjà pour ses propriétés irritantes et suffocantes.

Le premier préfet de la Seine Louis Lépine, connu pour être l’inventeur de la matraque (bâton blanc, 1897) et du service de l’identité judiciaire (1893), institue en 1912 une Commission spéciale constituée de scientifiques dont l’objectif est de trouver un moyen propre de mettre un terme aux agissements des anarchistes de la « bande à Bonnot ». A l’issue de ses travaux, une « brigade des gaz » est constituée au sein de la Police judiciaire de Paris, dotée d’un gaz « lacrymoyant » dénué des propriétés « asphyxiantes ou délétères » proscrites par la convention de la Haye : l’éther bromacétique.

La « brigade des gaz » utilise ainsi pour la première fois à partir de 1913 des « grenades suffocantes » pour neutraliser des personnes barricadées dans le cadre d’opérations de police hors de terrains de guerre. La même année, le Génie militaire adopte lui aussi les mêmes grenades, qui seront lancées sur l’armée allemande en Alsace dés le mois d’août 1914.

En 1915, les armées françaises et allemandes expérimentent de nombreux gaz de combat dans le cadre de la guerre qui les oppose, développant une panoplie d’armes chimiques plus meurtrières les unes que les autres. L’éther bromacétique est ainsi abandonné, car jugé peu efficace, pour être remplacé par des composants chimiques à base de chlore, d’arsenic ou de phosphore. Ce n’est qu’à partir de 1915 qu’on utilise le terme « lacrymogène » pour désigner les gaz désormais réservés à un usage policier.

NAISSANCE DU « GAZ CS »

 

Deux scientifiques du Middlebury College (Vermont, Etats-Unis), Ben Corson et Roger Stoughton, développent en 1928 l’orthochlorobenzaldehyde malononitrile (C10H5ClN2), qui sera baptisé « gaz CS », des initiales de leurs noms de famille.

Synthétisé pour un usage militaire à partir des années 1950 pour remplacer le CN (Chloroacetophenone), le CS est dix fois plus puissant et considéré comme moins toxique (le CN est mortel à haute concentration). Le CN est 5 fois plus lourd que l’air (~ sucre ou sel), tandis que le CS est 3 fois plus lourd que l’air (~ talc).

Le CS fond à 93-96°C, bout à 310-315°C et se consume à 750-850°C. Il n’est pas soluble dans l’eau ou l’ethanol, mais dans l’hexane, le benzene, le methylene chloride, l’acetone, le dioxane, l’ethyl acetate et la pyridine.

Le CS est employé par l’armée américaine au Vietnam à partir de 1959, où il remplit la fonction des « enfumades » du général Bugeaud : asphyxier les résistants du Vietcong dans les souterrains où ils s’abritent. Les américains utilisent alors également le gaz CN, ainsi que de nombreux composés chimiques défoliants (agent orange), à l’arsenic (adamsite, agent DM) ou au phosphore.

 

A la même période, l’armée française est dotée des grenades modèle 59, qu’elle emploie contre les résistants du FLN en Algérie. Elles sont alors composées de CN-DM (gaz CN + adamsite) ou de CB (appelation française du CS).

Grenades modèle 59 au CN et à l’adamsite (DM) utilisées en Algérie

Il est ensuite utilisé par de nombreux pays, qui importent les grenades produites par les fabricants américains, anglais et français. L’un des plus gros exportateurs de grenades lacrymogènes est le fabricant américain Combined Tactical Systems (CTS). En France, les principaux fabricants de grenades lacrymogènes sont les entreprises NOBEL SPORT et SAE ALSETEX. Des grenades à effet combiné contenant du gaz lacrymogène sont également produites par l’entreprise SAPL.

Les seules grenades contenant du gaz lacrymogène actuellement utilisées par les forces de l’ordre dans le cadre d’opérations de maintien de l’ordre sur le territoire français sont les suivantes :

Il faudra attendre la Convention sur l’interdiction des Armes Chimiques signée le 13 janvier 1993 à Paris pour que l’usage des gaz soit interdit dans les conflits armés : “Chaque Etat partie s’engage à ne pas employer d’agents de lutte antiémeute en tant que moyens de guerre” (Article 1, alinéa 5).

Pour autant, les gaz lacrymogènes restent autorisés dans le cadre d’opération civile de maintien de l’ordre, sous la forme d’aérosols à main, appelés aussi “gazeuses”, ou sous la forme de grenades. Les aérosols sont constitués d’oléorésine de capsicum (OC, poivre de cayenne) sous la forme de gel, qui se liquéfie instantanément au contact de la peau et des muqueuses. Ils sont utilisés à faible distance sur une cible précise.

Les grenades lacrymogènes quant à elles peuvent être lancées à la main (système avec bouchon d’allumage et goupille) ou tirées à l’aide de lanceurs de grenades de 56 mm (Cougar ou Chouka) et au moyen de propulseurs visées sous la grenade pour atteindre des portées de 50, (70), 100 ou 200 mètres (DPR). De plus en plus, les forces de l’ordre se dotent de lanceur de 40 mm, qui se contentent actuellement de tirer des balles de gomme, mais sont commercialisée à l’étranger avec des munitions de gaz lacrymogène (cf. la nouvelle gamme du fabricant français SAE Alsetex).

 

Dispositifs propulseurs à retardements de 50, 70, 100 et 200 mètres

COMPOSITION D’UNE GRENADE LACRYMOGENE AU CS

 

En réalité, l’orthochlorobenzalmalononitrile (CS) n’est pas un gaz, mais se présente sous la forme d’une poudre cristalline blanche, qui se volatilise dans l’air par réaction avec le silicate aerogel.

Entrent dans la composition d’une grenade les composants suivants :

O-Chlorobenzalmalononitrile (CS) : agent lacrymogène et irritant, il provoque le larmoiement et irrite les muqueuses du nez, de la gorge et de la peau en général.

Charbon : lors de la combustion, il se transforme en carbone pur.

Nitrate de potassium (salpètre) : lors de l’allumage, il dégage de grandes quantités d’oxygène pur qui alimentent la combustion du charbon.

Silicone : lors de la combustion du charbon et du nitrate de potassium, le silicone forme des gouttes de dioxyde de silicone qui vont servir à allumer les autres composants.

Sucre : carburant, il fond à 186°C, chauffe et vaporise le produit chimique sans le détruire. Il entretient également la combustion en s’oxydant.

Chlorate de potassium : oxydant. En chauffant, il libère une forte quantité d’oxygène pur et se transforme en chloride de potassium, qui produit la fumée de la grenade.

Carbonate de magnésium : le chlorate de potassium ne s’entendant pas avec l’acide (le mélange est explosif), le chlorate de magnésium maintient les niveaux de pH légèrement basiques, neutralisant tout contenu acide causé par des impuretés chimiques ou de l’humidité. Lorsqu’il est chauffé, il dégage du CO2, dispersant davantage les gaz lacrymogènes.

Nitrocellulose : explosif fulminant. Lors de la combustion, elle dégage de grandes quantités de gaz et de chaleur. Faible en azote, elle sert aussi de liant collant pour garder tous les autres ingrédients mélangés de manière homogène.

Notons que lorsque le CS est chauffé jusqu’à sa décomposition, il émet des fumées très toxiques de chlorure d’hydrogène, de cyanure d’hydrogène, d’oxydes d’azote et de monoxyde de carbone.

Grenade CM6 de SAE Alsetex avec ses palets lacrymogènes au gaz CS

AUTRES VERSIONS DU CS

 

CS1 : composé de 95 % de CS, ajouté à 5 % de silicate gel (matériaux à faible densité) pour empêcher les particules de CS de coaguler. L’enrobage de silicone a été conçu pour le rendre plus fluide et plus résistant à l’eau, l’objectif étant de prolonger l’effectivité et la persistance du CS sur le terrain. Le CS1 persiste ainsi jusqu’à 15 jours en milieux sec et une semaine en terrain ouvert avec des conditions atmosphériques normales.

CS2 : composé de 94 % de CS, de 5 % de silicate colloidal et de 1 % de bis(trimethylsilyl)amine (solvant), il est conçu pour flotter sur l’eau et résister à la dégradation. Il résiste ainsi effectif sur terrain humide et venteux jusqu’à 30 jours. La pluie ne dissout pas le CS2, mais le transporte plus loin.

CSX : version liquide du CS, il est constitué de 1% de CS1 et de 99 % de trioctylphosphite (agent stabilisateur).

EFFETS ET SEUIL DE TOLERANCE

 

Effets habituels :

– irritation des muqueuses de l’œil, du nez, de la gorge et de l’estomac
– larmes
– sensation de brûlure
– rougeurs

Autre effets, moins fréquents :

– conjonctivites
– maux de tête
– vomissements

Effets plus rares :

– cécité temporaire,
– dermatites,
– affection des cordes vocales et de la gorge,
– apnée du sommeil,
– troubles de la respiration,
– diarrhée,
– douleurs abdominales.

Pour des conseils sur les moyens de réagir en cas d’exposition et le traitement des blessures occasionnées par le gaz lacrymogène, consulter notre brochure.

La durée d’effectivité est estimée entre 15 et 30 minutes, cependant des traces peuvent subsister après un mois.

Des études de l’armée américaine menées dans les année 1960 estiment le seuil de tolérance au CS à une concentration de 12 à 20 mg/m3 durant 20 secondes d’exposition et qu’une exposition de 2 minutes à une concentration de 2 à 10 mg/m³ est considérée comme intolérable. Une autre étude démontre qu’une exposition de 90 minutes à une concentration de 1.5 mg/m³ engendre maux de tête et irritations des yeux et du nez, tandis qu’une concentration supérieure à 10 mg/m³ a été considérée comme extrêmement irritante et intolérable au delà de 30 secondes, en raison de douleurs dans les yeux et la poitrine. Une exposition à une concentration de 14 mg/m³ durant 1 heures produit une irritation extrême, des érythèmes et des vésications de la peau.

La concentration mortelle est estimée à 140 mg/m³ durant 10 minutes, 11 mg/m³ durant 1 heure ou 1,5 mg/m³ durant 4 à 8 heures.

La concentration de CS dans les grenades ne doit ainsi pas dépasser 20 %, la plupart des grenades lacrymogènes françaises étant constitué de CS à 15 % :

SAE ALSETEX

– CM3 : 37g de masse active / CS à 15 % / volume recouvert = 300 m²
– CM4 : 66g de masse active / CS à 15 % / volume recouvert = 500 m²
– CM6 : 98g de masse active / CS à 15 % / volume recouvert = 800 m²
– G1 : 132g de masse active / CS à 10 % / volume recouvert = 900 m²
– GLI F4 : 10g de masse active CS + 25g TNT

NOBEL SPORT

– MP7 commando : 169g de masse active / CS à 7 % / volume recouvert = 1000 m2
– PLMP 7 : données inconnues

SAPL

– DMPL : 24g de masse active / CS à 20 %

 

Un garde mobile français tire une grenade PLMP7 (Nobel Sport) en tir tendu à l’aide d’un lanceur de grenades Cougar 56 mm, à Notre Dame des Landes le 23 novembre 2012

SOURCES

—————————————————-
Notes :

(1) En 1961, le colonel Roger Trinquier publie “La Guerre Moderne” ; en 1962, le lieutenant-colonel David Galula publie “Contre-insurrection : Théorie et pratique” et “La pacification en Algérie“.