22 et 24 novembre 2018 : deux événements à venir contre les armes de police

22 NOVEMBRE À 17H30 À LA FACULTÉ DE MÉDECINE DE PARIS, AMPHI PORTIER

CONFERENCE : ARMES DE POLICE ET BLESSURES DE GUERRE, QUAND LE MAINTIEN DE L’ORDRE MARQUE DURABLEMENT LES CORPS

Au delà des équipements et moyen classiques du maintien de l’ordre (matraque et gaz lacrymogène), les années 2000 et 2010 ont apporté leur lot de nouvelles armes, dites « non létales », qui occasionnent depuis deux décennies des dommages corporels irréversibles, pouvant être considérées comme des blessures de guerre, que les services d’urgence et de chirurgie classiques ne peuvent ou ne savent souvent pas prendre en charge.

IANB, membre fondateur du collectif Désarmons-les !_ et participant à l’Assemblée des blessés par la police, interviendra pour faire un tour d’horizon détaillé de cette nouvelle génération d’armes et de leurs impacts sur les corps de celles et ceux qui en sont victimes.

LAURENT THÉRON, membre de l’assemblée des blessés, mutilé par une grenade de désencerclement le 15 septembre 2016, interviendra pour aborder la question des suites psychologiques de la blessure.

CHRISTIAN TIDJANI, membre de l’assemblée des blessés et père de Geoffrey, blessé par un tir de lanceur de balles de défense le 14 octobre 2010, interviendra pour aborder l’impact de la blessure sur l’environnement social et la vie des personnes blessées et de leurs proches.

ADRESSE : 15 RUE DE L’ECOLE DE MÉDECINE, 75006 PARIS – MÉTRO ODÉON

 


 

24 NOVEMBRE À 10H30 À LA BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS, SALLE VARLIN

CONFERENCE DE PRESSE ORGANISÉE PAR L’ASSEMBLÉE DES BLESSÉS pour communiquer sur le lancement de requêtes collectives de personnes mutilées par la police auprès du Tribunal Administratif et le lancement d’une campagne nationale contre les armes de police.

1/ présentation des personnes portant l’initiative, sur leur répartition géographique et sur les contextes dans lesquels elles ont été blessées.

2/ point sur les armes incriminées et les blessures qu’elles occasionnent

3/ point sur nos attentes par rapport au TA

4/ point sur les enjeux politiques de l’initiative

5/ point sur la saisine du Défenseur des Droits et les requêtes administratives des blessés de la ZAD de Notre Dame des Landes

Interviendront plusieurs personnes mutilées, leurs proches et membres de leurs collectifs, ainsi que les avocats qui portent leurs affaires devant les juridictions. Les journalistes seront ensuite invité-es à poser des questions.

ADRESSE : 3 RUE DU CHÂTEAU D’EAU, 75010 PARIS – MÉTRO RÉPUBLIQUE

 


 

Nous aurons besoin de votre présence et de votre participation, afin de donner un écho et de la force à ces initiatives. Merci donc de faire circuler l’information aussi largement que possible, auprès de vos proches, amis, réseaux, collectifs et contacts dans les médias.