La police française se militarise : la BAC reçoit des fusils d'assaut

7534165.image

Le sinistre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve peut se réjouir, il vient de dépasser ses prédecesseurs sur la droite. Sarkozy, Alliot-Marie, Hortefeux et Guéant doivent jubiler de voir que leurs “adversaires” politiques défendent désormais exactement la même ligne idéologique qu’eux.

Profitant du branle-bas sécuritaire du moment, Cazeneuve vient en effet de satisfaire les doléances du syndicat Alliance en offrant un nouvel arsenal de guerre aux forces de l’ordre. Le plan BAC-PSIG 2016 prévoit en effet la distribution aux Brigades Anti Criminalité de 204 fusils d’assaut HK G36, 116 pistolets à impulsions électriques Taser X26, 134 Lanceurs de Balles de Défense, 981 matraques télescopiques, 25200 mutitions de défense courte portées (comprendre : grenades), 1474 casques et visières balistiques, 241 boucliers balistiques souples et 1835 gilets pare-balles.

Le fusil d’assaut HK G36 produit par la firme allemande Heckler & Koch est utilisé depuis plusieurs années par les forces spéciales françaises, mais aussi américaines (SWAT) ou allemandes (SEK / GSG). Arme de guerre, il est également utilisé par un grand nombre de forces militaires à travers le monde. En mettant cette arme entre les mains des agents des BAC, le gouvernement français accorde à ces “hommes-à-tout-faire” de nouvelles prérogatives, mais aussi et surtout augmente considérablement le risque de tirs mortels sur des populations civiles désarmées.

Cette radicalisation des forces de l’ordre semble correspondre à une volonté de l’Etat de montrer ses muscles et de se prémunir assez tôt des secousses sociales que ses politiques catastrophiques vont engendrer. Ne cherchant plus à cacher ses penchants totalitaires, l’Etat s’enfonce dans une spirale dont, on peut sérieusement le craindre, on ne sortira qu’après un bain de sang général ou suite à des années d’obscurantisme féroce.

On en est déjà réduit à comptabiliser les morts, tués par des policiers paranoïaques et surarmés.